• 2.jpg
  • annelise1.JPG
  • caretta.JPG
  • gerga.JPG
  • gezi.JPG
  • karyalikadin.jpg
  • kaya.jpg
  • kayaresim2 (2).jpg
  • leylek.JPG
  • mustafacaretta.jpg
  • pardus.jpg
  • pecelibaykus.JPG
  • sahinucur.JPG
  • sualti.jpg
  • tepeli (2).JPG
  • tullusah.JPG
  • yedilermanastir.JPG

lemonde

 

 

En Turquie, dans le delta du Méandre, la mer pourrait regagner le terrain perdu au fil des siècles

LE MONDE | 11.08.09 | 14h22

Sur la plage du petit port de Doganbey, situé à l'est du delta du Büyük Menderes (le fleuve Méandre de l'Antiquité), quelques pêcheurs récurent une barque posée sur le sable. Ils sont les premiers témoins du mouvement naturel des côtes.

Sur cette portion du littoral turc, baignée par la mer Egée, la terre avance inexorablement. "Il y a quelques années, on accrochait les bateaux à cet endroit", raconte Abdullah Tire, un des anciens de Doganbey, en montrant un reste de poteau à moitié enfoui sous les arbres. "Aujourd'hui, on les accroche 10 mètres plus loin. Avant l'eau était profonde. Maintenant, on est obligé de parcourir 500 mètres et on a de l'eau jusque-là", dit-il en plaçant sa main à l'horizontale sur sa poitrine.

Chaque année, la mer recule un peu plus. De nouvelles langues de terre et de sable apparaissent dès le début de l'été, créant de petits lagons. Le delta se comble de milliers de tonnes d'alluvions charriées par le fleuve et les côtes se déplacent, comme en témoignent des falaises grignotées par l'eau et le vent, désormais rejetées derrière la route, à une centaine de mètres de la plage. "Il y a une dizaine d'années, des géologues allemands sont venus faire des relevés et des analyses, raconte le pêcheur. Ils disaient que dans trois mille ans, on pourra rejoindre à pied l'île grecque d'Agathonissi, en face."

Cette région de l'ouest de la Turquie se transforme, depuis des siècles, au gré des mouvements de son littoral. La ville antique de Priène, un ancien port de commerce, s'est retrouvée coupée de la mer, au début de notre ère, et a lentement décliné avant d'être abandonnée par ses habitants au milieu du Moyen Age. Ses ruines se trouvent aujourd'hui à douze kilomètres de la rive.

Plus loin, celles de la puissante cité ionienne de Milet, dont les marins rayonnèrent dans toute la Méditerranée, reposent à une dizaine de kilomètres de la mer. Les îles de Lade et de Hybanda ne sont plus que des collines, perdues au milieu d'une lande aride. Et l'ancienne baie de Bafa est devenue un lac intérieur.

Toute cette zone pourrait être menacée par une augmentation du niveau de la mer. "L'instabilité du trait de côte, qu'elle soit à l'avantage de la mer ou de la terre, est un obstacle majeur au développement, estime le professeur Lütfi Süzen, géologue à l'université technique du Moyen-Orient, à Ankara. Cette instabilité affecte les populations humaines et l'existence de toutes les formes de vie."

Ce scientifique a mené, grâce au GPS, une étude sur l'évolution des côtes dans le bassin du Méandre sur les cinquante dernières années. En plus du mouvement naturel, son travail montre une nette évolution depuis les années 1970, due cette fois à l'intervention de l'homme. La déforestation et le bétonnage des baies voisines, dédiées au tourisme de masse pèsent sur l'écosystème complexe de la région et favorisent l'érosion.

De plus, la culture intensive du coton s'est considérablement développée dans la région, qui compte 10 000 producteurs. L'Association des défenseurs de la nature pour la conservation de l'écosystème (Ekodosd) mène une campagne pour convaincre les paysans d'adopter un système de goutte-à-goutte, onéreux mais nettement moins gourmand. "Les économies en eau sont de l'ordre de 70 % et la production augmente de 30 % avec cette méthode", assure le président d'Ekodosd, Bahattin Sürücü.

Le canal du Méandre, destiné à arroser les champs de coton, a déjà modifié le cours et le débit du fleuve. L'été, il est fermé par un barrage, ce qui empêche l'eau salée de se mêler à l'eau douce mais retient les alluvions. Du coup, à l'embouchure du canal, la langue de sédiments stagne. Et les formations naturelles du sud du delta, qui créaient une barrière naturelle, s'effritent peu à peu, commençant à inverser le sens du travail des côtes.

Cet article est le premier d'une série sur les mouvements des littoraux.

Prochain volet : Songdo (Corée du Sud), une ville nouvelle construite sur un polder de 600 hectares.

Guillaume Perrier

 

TERCÜMESİ;

TÜRKİYE’DEKİ MENDERES DELTASINDA DENİZ,KAYBETTİGİ TOPRAKLARİ TEKRAR KAZANABİLİR.

Buyuk menderes (antikcagda Meandrer Irmagi) deltasinin batisinda yer alan Doganbey in minik limani uzerindeki kumsalda birkac balikci bir kayigi temizliyor. Onlar bu kıyının tabii hareketlerine sahitlik eden ilk kisiler.

Ege denizinin Türk kıyılarindaki bu bolumunde,toprak acimasizca ilerlemekte.”Bir kac yıl once teknelerimizi şu noktaya baglardık.” Diyor eski doganbeyli Abdullah tire,parmagiyla agaclar arasinda kaybolmus bir yarimca isaret diregini gostererek.”Bugun 10 metre ileriye bagliyrouz.Su onceden derindi.Simdi ayni derinlik icin 500 metre ilerlemek lazim” diyor elini ufka tutarak.

Heryıl deniz biraz daha cekiliyor.Yaz basindan itibaren,kum ve topragin suruklemesiyle,yeni deniz golcukleri olusmus.Nehirin tasimasiyla Deltada binlerce ton aluvyon birikmis ve kıyılar yer degistirmis, su ve ruzgarin etkisiyle oyulan falezler ki ana yolun arkasina cekilmis durumdalar artik ,sahilin yuzlerce metre gerisinde kaliyorlar.

Bir balikci “onlarca yıl once alman jeologlarin gelip calisma ve analizler yaptigini soyluyor.Dediklerine gorede 3 bin yıl icinde karsidaki yunan adasi Agathonissi “ ye yuruyuerek varilabilecekmiş.

Yuzyillardan beridir Türkiye’nin bu bolgesi kıyı hareketliliginden dolayi sekil degistiriyor.Antik ticaret ve liman kenti olan Priene baslangicta deniz kıyısında idi ve yavas yavas sakinlerinin ortacag zamanlarinda kenti terk etmesiyle cokuse gecti.Bugun kalintilari denzi kıyısından 12 km iceridedir.

Biraz otede Donanmalari tum akdenizde parildayan guclu ion kenti Milet,simdi denizden onlarca km icerde duruyor.Lade ve Hybanda adalari artik corak topraklardan olusan tepelerden baksa birsey degil.Ayricada Eski Bafa koyu simdi bir içgöl olmus durumda.

Tum bu cografi kusak deniz seviyesinin yukselmesi tehdidi ile kari karsiya kalabilirdi.

kıyının bu oynakligi deniz veya toprak icin bir avantaj ama gelisme icin bir engeldir” diyor ODTU den jeoloji profesoru Lutfu Suzen.”bu oynaklik insan topluluklarini vede tum canli yasam formlarinin varligini etkiliyor”

Bu bilimsel yargiya ,uydu cekimleriyle desteklenen, 50 yıldır Menderes havzasindaki kıyılarin evrimi ile ilgili arastirmalarin sonucunda varilmistir.

Profesorun calismasi, dogal hareketliligin otesinde , 1970 lerden beri kesin bir evrim oldugunu gosteriyor ki bu seferki insan mudahalesini iceriyor.

Yakın koylarin, ormansizlastirma ve betonlasma ile kitle turizmine adanmasi

Bolgenin karmasik ekodengesini yoruyor ve erozyonu onplana cıkariyor.

Ayrica bolgede sayilari 10000” i bulan ureticisiyle, Pamuk kulturu hatiri sayilir bicimde gelismis.

EKODOSD dernegi kurulum maliyeti yuksek ama sarfiyati az olan damla su teknolojisini ciftcilere tanitmak icin bir kampanyaya onayak oluyor. EKODOSD baskani Bahattin SÜRÜCÜ “bu yontemle su tuketimi yuzde 70 azalmakta verimlilik ise % 30 artmaktadir” diyor.

Pamuk tarlalarini sulamaya ayrilmis olan Menderes Kanali Irmagin akıs yolunu ve debisini degistirmis.Yazlari bir baraj ile kapatilmakta ve boylece tuzlu suyun tatli su ile karismasi onlenmekte fakat aluvyonlarinda tutulmasina neden oluyor. Kanal agzindaki, tortu ve cokeltiler ise sabit kaliyor.

Dogal bir bariyer olusturan deltanin guneyindeki sekillenmeller,yavas yavas kaybolmakta ve kıyılardaki, calisma duzenini tersine cevirmeye basliyor.

Bu makale kıyı hareketleri uzerine bir serinin ilkidir.

Guillaume Perrier.

Ceviren :Alper Kirman